Impossible de se faufiler jusqu’aux casernes

14 octobre 1914 Par Albert Vigon 0

Pluie tout le jour. Matinée calme, mais, vers midi, canonnade qui est dirigée dans la direction des tranchées. Pas trop de mal pour le moment.

L’après-midi, le duel d’artillerie continue. Quelques blessés à la 15e Cie.

Dans la nuit, reconnaissance par la 15e Cie. Toute la nuit, les projecteurs allemands éclairent les environs, et malgré la pluie et le brouillard on distingue parfaitement tout ce qui se passe dans le défilé, tant est puissant ce projecteur. Aussi, il est impossible à la reconnaissance de se faufiler jusqu’aux casernes. De temps à autre des chiens, chiens éclaireurs allemands je suppose, fouillent la côte des Paroches et aboient sans interruption. Le projecteur fouille aussitôt après et peut-être est-ce coïncidence, mais on entend le canon allemand y taper dessus aussitôt après.

19141014-001 Impossible de se faufiler jusqu'aux casernes 19141014-002 Impossible de se faufiler jusqu'aux casernes

Suite

Commentaires

Laisser un commentaire

Poster le commentaire