Jeux de masques

30 janvier 1916 Par Albert Vigon 0
Mots-clés

On décide de changer les masques contre les gaz asphyxiants actuellement en usage. Opérations :

1. Le Colonel prévient le Médecin Chef de procéder à la distribution
2. Le Médecin Chef demande à chacun de ses 3 Chefs de Bataillon le nombre de maquis nécessaires pour savoir la quantité à distribuer.
3. Chaque Chef de Bataillon demande à chacun des Chefs des 4 Compagnies la même chose.
4. Chacun des Chefs de Compagnie (ou son sergent-major) demande à chacun des chefs de section la même chose.
5. Chaque chef de section (surtout si c’est un officier et surtout si cette demande arrive au moment où il fait un bridge à la popote) fait la même demande à chacun de ses 2 sergents de 1/2 section.
6. Le sergent est la plupart du temps consciencieux et fait la réponse de suite (dans le cas contraire les deux chefs d’escadrons lui donnent verbalement le nombre de masques nécessaires).

Résultat : En négligeant la 6e opération il a fallu :
32 papiers indiquant la quantité pour chaque fraction.

Remarques : Les bureaux du Colonel ont en main :
1. Le bureau du Trésorier ; la situation journalière de chaque Compagnie qui donne l’effectif des présents touchant solde et vivres, donc l’effectif à pourvoir de masques.
2. Le bureau du Major ; la situation des 5 jours qui donne les effectifs des 5, 10, 15 etc. de chaque mois.

Donc on eut évité les 32 papiers si le Colonel avait remis au Médecin Chef une simple lettre portant l’effectif des 12 Compagnies.

Cela eut aussi évité des erreurs inévitables ; car une note confidentielle (pourquoi ?) du 29 janvier du Colonel aux Chefs de Bataillon dit que le nombre de masques distribués n’est pas en rapport avec l’effectif de chaque Compagnie (le Colonel a donc dû voir l’effectif de chaque Compagnie) et qu’il y a lieu de rendre ceux reçus en trop afin de compléter les Compagnies qui n’ont pu être servies pour cette raison ! ! ! !

30/01
Comme le Colonel après cela veut être certain que chacun a eu un masque il demande un compte-rendu à chacun de ses 3 Chefs de Bataillons et les mêmes opérations recommencent jusqu’aux 32 bouts de papiers ci-dessus énumérés.

Tout cela parce que personne ne veut être responsable, chacun ayant un bout de papier de son sous-ordre en main, a ainsi élucidé sa propre responsabilité.

Histoires de masques 0002 Histoires de masques

Commentaires

Laisser un commentaire

Poster le commentaire