La bataille s’annonce acharnée

5 septembre 1914 Par Albert Vigon 2

Alerte à 2 h du matin, partons en courant (sans café) pour redescendre vers le Sud-Ouest.

À Pierrefitte-sur-Aire, à 8 heures du matin, commençons à trotter dans les collines et apprenons que que nous avons devant nous 1 corps d’armée allemande. Nous sommes 1 corps (le 6e) et 3 divisions de réserve.

Cherchons à refouler vers Verdun le corps ennemi. Canon tout le jour. La bataille s’annonce acharnée ; ordre du général Joffre de ne reculer sous aucun prétexte, devons aller de l’avant ou au moins tenir l’ennemi en respect.

Vers la tombée de la nuit prenons position sur le plateau laissé libre par les Allemands aux environs de Souilly. Faisons 40 prisonniers. J’arrête avec Gelat un convoi de voitures parmi lesquelles la Croix-rouge allemande que nous laissons passer. Beaucoup de soldats causent assez bien le français. J’arrête avec Gelat et Ferrandy une patrouille de uhlans que nous ne pouvons garder étant 3 contre 10. Demandons secours à un sergent à la tête de sa section, qui refuse de venir. Jusqu’à minuit, panique à chaque coup de fusil, je constate que même parmi les chefs, général même, tout le monde perd la tête.

Finalement nous nous retirons à la lisière des bois bordant le plateau et attendons le jour. L’artillerie vient se poster devant nous. Toute la nuit les ennemis travaillent en face de nous. On entend aller et venir l’artillerie allemande qui prend position.

 

19140906-001 Souilly

19140906-002 Souilly

 Suite : la bataille de la Marne

Commentaires

Laisser un commentaire

Poster le commentaire

  • Rémi

    6 septembre 2014 Reply
    1

    Un uhlan est un cavalier armé d’une lance dans les armées slaves et germaniques, similaire au lancier des armées françaises.

    Au début de la Première Guerre mondiale, l’armée allemande alignait 26 régiments de uhlans. Après avoir servi comme cavalerie aux tout premiers mois de la guerre, les régiments de uhlans ont servi comme fantassins dans les tranchées ou ont été transférés sur le front Est où les conditions plus primitives permettaient à la cavalerie de jouer un rôle décisif. Les 26 régiments de uhlans allemands ont été dissous en 1918-1919.

    http://www.lesartsdecoratifs.fr/IMG/jpg/Trooper-Hugo-Listz.jpg

  • Rémi

    6 septembre 2014 Reply
    2

    La contre-offensive va commencer. Il s’agit de stopper la progression des armées allemandes, et pour le 42e RIC dont fait partie Albert Vigon, d’empêcher les Allemands d’encercler Verdun.
    http://goo.gl/27JEa6