La vie sur le front : la popote

12 février 1915 Par Albert Vigon 0

Rien de neuf depuis ce matin. Les Boches ont été très sages, ils ne nous ont envoyés que quelques « commis voyageurs ». Il tombe toujours des papillons blancs. À quand le bonheur de revoir le beau soleil de Nice ! !

Attendons toujours, et ne nous faisons pas de bile.

Encore un bécot… ça fera mille et un avec ceux de l’autre carte.

Ton Albert

 

La vie sur le front : la popote

La vie sur le front : la popote

Commentaires

Laisser un commentaire

Poster le commentaire