Des carnets de guerre inédits

13 juillet 2014 Par Albert Vigon">Albert Vigon 0

Mes petits amis, je suis heureux de partager avec vous ces notes que j’ai prises pendant les années de ma jeunesse.

Niçois, j’ai fait mes classes au 22e régiment d’infanterie coloniale (RIC) à Hyères, en 1907 et 1908, en temps que tailleur. Je vous montrerai un aperçu de la vie quotidienne à la caserne. Pendant ce temps, certains de mes amis étaient en formation dans les colonies françaises. J’ai gardé les cartes postales qu’ils m’ont envoyés : ça va vous faire un peu voyager…
Vous trouverez tous ces visuels dans la rubrique Presentation vignette Classes

En juillet 1914, personne ne s’attendait à la guerre. Le 3 août, j’ai rejoint en tant que fourrier le 42e RIC qui se formait en hâte à Marseille. Nous sommes allé le plus vite possible dans la Meuse, afin de freiner l’avancée des Allemands. Je vous raconterai en détails nos actions, pendant toute cette période où nous avons parcouru le front : en 1915 en Champagne, à Vauquois, Souain, Tahure ; en 1916 dans la Somme, à Cappy ; le 31 décembre 1916 nous avons embarqué pour la Serbie (Salonique, Monastir) où nous avons combattu jusqu’à l’armistice. Je vous montrerai la Macédoine et ce conflit oublié grâce à de nombreuses images.
Rendez-vous dans la rubrique Presentation vignette Journal

Enfin, je suis rentré à Nice en 1919, où j’ai monté mon commerce de tissus.
Je n’ai jamais vraiment parlé de cet épisode de ma vie, mais j’en garde un vif souvenir, de peines et de joies mêlées.

Bonne lecture,
Albert Vigon

PS : Si vous voulez recevoir (de temps en temps) de mes nouvelles par e-mail, laissez-moi votre adresse :

Commentaires

Laisser un commentaire

Poster le commentaire